>

2011/06/30

De Sade et Masoch: « Je me dis que ce n’est pas par hasard si Michel [Foucault] attache une certaine importance à Sade, et moi au contraire à Masoch( [14]). »



Extrait d'un essai Je cite 

Excerpted from -----Eric Alliez's essay  ----------Deleuze avec Masoch------------

(Mise en ligne le mardi 5 juin 2007)


Ce Masoch sorti du Texte en faveur d’une Expérimentation-Vie - c’est un programme politique nous assène Deleuze, parce qu’« il n’y a pas d’autre danger que le retour du père ».
Masoch emerging from the Text for a Life-Experiment : what Deleuze delivers to us is a political program, because « there is no other danger but the father’s return. »
1.
« Qu’il s’agisse, en effet, d’être soi, d’être un père, d’être né, d’être aimé ou d’être mort, comment ne pas voir que le sujet, s’il est le sujet qui parle, ne s’y soutient que du discours.Il apparaît dès lors que l’analyse révèle que le phallus a la signification du manque à être que détermine dans le sujet sa relation au signifiant. »
Jacques Lacan, « Sur la théorie du symbolisme d’Ernest Jones »

2.
« En causant avec lui, je m’étais efforcé de et de discerner la vérité de la <‘littérature> dans ses paroles, mais tout s’embrouillait maintenant et je ne m’y retrouvais plus. »
Wanda von Sacher-Masoch, Confession de ma vie
3.
« Évidemment, encore une fois, c’est autre chose qu’une question de mot… »
Gilles Deleuze, « Désir et plaisir »
- 1.
« Soit le cas de S.A.D.E. […] Sur fond de récitation figée de textes de Sade, c’est l’image sadique du Maître qui se trouve amputée, paralysée, réduite à un tic masturbatoire, en même temps que le Serviteur masochiste se cherche, se développe, se métamorphose, s’expérimente, se constitue sur scène en fonction des insuffisances du maître. Le Serviteur n’est pas du tout l’image renversée du maître, ni sa réplique ou son identité contradictoire : il se constitue pièce à pièce, morceau par morceau, à partir de la neutralisation du maître ; il acquiert son autonomie de l’amputation du maître. »
Gilles Deleuze, « Un manifeste de moins »
Question lancée aux enfants du siècle échu : la littérature, à quoi ça sert, comment ça marche, etc. ?( [1])
Il est une réponse qui engage Deleuze dans la littérature en l’espèce d’un inévitable d’où ça mène  : la littérature, quand ça marche, ça sert à annuler le père et son manque (à-être) — jusqu’à se libérer de sa mort (à partir de laquelle toute négation s’alimente d’une symbolisation) pour inventer une issue là où il n’en a pas trouvé. 

  Lire l'essai complet à

________________________________ And
at Radio Deleuze  English
another blogtext versioning
visioning of the masochistic body .. of lover with