>

2008/03/31


all which you missed is comes back again~ Doctor almost ~ presque docteur ~





and you missed this ~ yer brain's never fast enough or god like enough to be all over all the time ~


----------------------------






émission du mardi 25 septembre 2007
Table-ronde Télévision /
Michela Marzano, Eric Alliez




Michela Marzano, Eric Alliez

Michela Marzano, Eric Alliez

© RF / A. Lachand
Images, corps, télévision...
Tout arrive ! en essais et en sciences humaines.

# Dans la première partie table-ronde, nos chroniqueurs discutent de nouveaux programmes télévisés de rentrée, séries, énièmes avatars de la télé-réalité outre-Atlantique...
Dans cette demi-heure, il est donc question de Kid nation diffusé sur CBS aux Etats-Unis, controversé car il met en scène une trentaine d'enfants dans un lieu coupé du monde extérieur ; mais également d'un ouvrage savant d'Edmond Couchot initulé Des images, du temps et des machines dans les arts de la communication.

# Puis, sur le terrain du corps et de la représentation nous ont rejoint dans la seconde partie Michela Marzano, qui publie La mort spectacle et La pornographie ou l'épuisement du désir ; ainsi qu'Eric Alliez, qui publie pour sa part L'oeil-cerveau : nouvelles histoires de la peinture moderne.


Invités

Michela Marzano. Philosophe.

Eric Alliez. Philosophe.





La chronique

La chronique de Jean-Louis Ezine Ecoutez






des livres à découvrir




Edmond Couchot
Des images, du temps et des machines dans les arts de la communication
Jacqueline Chambon - 10 septembre 2007


A l'heure où les technologies numériques tendent à contrôler de plus en plus étroitement la sphère de la communication et de l'art dans le monde, et bouleversent nos relations avec les images, Edmond Couchot dévoile ici les articulations cachées qui lient ces dernières aux machines, mais aussi au temps. Toute image sécrète une temporalité qui lui est propre et ne livre son sens que si le regardeur la partage.
A partir de ce constat, l'auteur décrit l'évolution des images et de la temporalité qui les caractérise, de l'icône médiévale à l'image numérique, lorsque leur production, après avoir requis la main des peintres, mobilise des machines de plus en plus complexes et autonomes.
Edmond Couchot souligne en particulier les changements radicaux que nous vivons actuellement avec l'émergence d'une nouvelle temporalité imposée par les machines numériques (ordinateurs, réseaux mondiaux de communication, jeux électroniques ou dispositifs artistiques). Une temporalité qui affecte profondément nos comportements quotidiens et les fondements mêmes de notre culture.
Toute notre manière de vivre et de concevoir le temps est à réinventer.
- Présentation de l'éditeur -




Eric Alliez
L'oeil-cerveau : nouvelles histoires de la peinture moderne
Vrin - 2 mai 2007


Ce livre a pour ambition de mettre au jour la pensée à l'oeuvre dans la peinture moderne en replaçant au coeur de la recherche la notion d'hallucination, notion centrale s'il en est pour le xixe siècle qui associe la création artistique aux études « psychophysiologiques ».
Au plus près des oeuvres et des énoncés constituant aussi bien la peinture moderne que l'idée moderne de l'art, entre Delacroix et Cézanne, avec Manet, Seurat et Gauguin, on suivra les mutations auxquelles donne lieu le rapport entre l'Oeil et le Cerveau avec la dénaturalisation et la cérébralisation de l'Oeil engagé dans « l'hallucination vraie » du monde en son devenir moderne. Porteur d'un nouveau régime de visibilité qui désoriente le système général des évidences sensibles et de leurs inscriptions discursives, l'Oeil-Cerveau projette dans la puissance hallucinatoire de la peinture les conditions de réalité d'une modernité irréductible aux notions philosophiquement communes de sujet et d'objet.
En ce mouvement de transformation du régime esthétique de l'art vers une esthétique de l'hétérogénéité, les questions liées à la couleur ont constitué - depuis la Théorie des couleurs goethéenne, à l'exposé de laquelle est consacré le premier chapitre - un horizon permanent d'interrogation. Mais loin d'être le mobile du culte de la « peinture pure », la couleur est avant tout la matière et l'enjeu de dispositifs à la fois sensibles et discursifs synonymes d'une problématisation extrême, toujours singulière, de la Forme-Peinture (et de ses formes publiques d'exposition). La révolution esthétique en acquiert une portée politique autant que philosophique qui se mesure, dans la destruction continuée du système de la représentation, à la déconstruction toujours reprise de la notion même d'Image.
- Présentation de l'éditeur -




Michela Marzano
La mort spectacle : enquête sur l'horreur-réalité
Gallimard - 30 août 2007


Passages à tabac, viols, tortures, exécutions : nous sommes chaque jour envahis par des images d'une violence extrême, filmées en direct par des amateurs sans aucune distance critique et relayées instantanément par Internet dans le monde entier.
Pourquoi ce spectacle permanent d'horreur, hier encore inconnu, rencontre-t-il tant d'intérêt aujourd'hui en Occident ? Quelle image de l'homme révèlent ces nouvelles pratiques ? Que nous apprennent-elles sur leurs auteurs, mais aussi sur nous-mêmes et sur l'évolution de nos sociétés ? À ces brûlantes questions, Michela Marzano apporte des éclairages saisissants. Elle montre que la violence mise en images, construite sur un arrière-fond de haine - haine de soi, haine de l'autre -, anesthésie ceux qui la regardent et « neutralise » tout sentiment d'humanité. La mort spectacle installe une nouvelle forme de barbarie : la barbarie de l'indifférence. Après le règne de la « télé-réalité », sommes-nous entrés dans celui de l'« horreur-réalité » ?
- Présentation de l'éditeur -




Michela Marzano
La pornographie ou l'épuisement du désir
Hachette pluriel - 22 août 2007




Alors que l'érotisme met en scène le mystère du sujet et de la sexualité, la pornographie flatte le voyeurisme et livre au regard un corps morcelé, privé de visage. Plaçant le spectateur dans le registre de la sensation et de la consommation, elle efface le désir lui-même. Elle conduit à l'asservissement et à la disparition de l'humanité de l'homme.
Loin d'être un rappel à l'ordre, le livre de Michela Marzano permet de distinguer les enjeux éthiques qui sous-tendent les représentations du corps humain, et offre un plaidoyer pour la liberté et la responsabilité, afin que l'autre demeure celui dont la rencontre nous conduit au meilleur de nous-mêmes, voire au-delà.

another interview with m. Marzano
here